boucle

Ultra Marathon France : une association, une revue, un blog, un club

vendredi 14 septembre 2018

Un nouveau titre pour Roland Vuillemenot


MONDIAL DES 100 KM - LE TITRE DES MASTERS 70 pour Roland
Roland nous livre un résumé de son voyage en Croatie
Quand on arrive en Croatie depuis la Slovénie, on fait halte devant une barrière bien surveillée et prolongée par des hauts grillages barbelés qui semblent sans fin à travers des champs de maïs. Peu accueillant à priori! A une dizaine de kilomètres de là, on bifurque en entrant dans le village de Sveti Martin na Muri pour prendre une route de campagne qui mène à un centre sportif, là où paraît-il s'est préparée l'équipe de foot croate pour le dernier mondial. On imagine mal un championnat du monde dans un endroit si discret et pourtant c'est là qu'avait lieu la 30e édition du mondial des 100 Km. On est loin de la première édition en 1987 où j'avais été médaillé de bronze au général. (Ah, ce temps qui passe...).

lundi 6 août 2018

Roland Vuillemenot : champion de France M4 en trail long


C'est un troisième titre de championnat de France M4 en trail long que Roland vient de conquérir à Montgenèvre.
Roland nous raconte sa course
Le samedi 14 juillet avait lieu le Championnat de France de trail long à Montgenèvre (dans les Hautes-Alpes à la frontière italienne). Le programme était de 67 km avec 4600 m de dénivelé positif en cinq montées de cols entre 1300 m et 3100 m dont ceux du Chaberton, de Chaudemaison ou de l'Izoard. 
Je ne sais pas si cette course m'a fait peur mais je n'ai pas dormi, pas digéré avant le départ à 6 h du matin. J'ai bien essayé de courir mais je n'y arrivais pas car mes jambes me faisaient mal comme si la fatigue était là: un cauchemar comme vécu au championnat de France de montagne au mois de juin où je n'avais retrouvé la forme qu'en fin de course. Il me tardait de commencer à grimper et, finalement, en marchant, je me suis vite débloqué. J'ai pu alors remonter en sauts de puce. J'étais à l'aise pour grimper le premier sommet sauf que je me suis rendu compte que tout le monde autour de moi avait des bâtons et j'ai dû me transformer en quadrupède sur quelques centaines de mètres. Pour la descente, je ne me voyais pas courir par le même parcours, si bien que je suis descendu un peu en lacets. Je n'ai pas encore intégré qu'il faille des bâtons quand la pente est presque verticale. Ah, j'aimerais voir tous ces trailers sans bâtons mais c'est un vœu pieux...